Etudier en France

Etudier en France

En France, l’enseignement supérieur offre de nombreuses formations, accessibles aux étudiants étrangers qu’ils parlent français ou non. Découvrez les lycées, les universités et les grandes écoles qui vous ouvrent leurs portes.

L’enseignement supérieur français concerne 2,5 millions d’étudiants. 12 % d’entre eux sont étrangers. Tous profitent d’une offre de formation très diversifiée et poursuivent des études dans tous les domaines et à tous les niveaux.

La France compte plus de 3 500 établissements, publics et privés, d’enseignement supérieur : 72 universités, 25 communautés d’universités et d’établissements, 271 écoles doctorales, 227 écoles d’ingénieurs habilitées à délivrer le titre d’ingénieur, 220 écoles de commerce et de management, 45 écoles supérieures d’art publiques, 22 écoles d’architecture et 3 000 écoles et instituts privés. Parmi les 3 000 lycées de France, certains accueillent des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), d’autres des sections de techniciens supérieurs (STS) ou préparent au diplôme national du Brevet de technicien supérieur (BTS).

En France, l’année universitaire commence au mois de septembre ou d’octobre selon les établissements et les formations. Elle est rythmée par des vacances, avec notamment deux semaines au moment des fêtes de fin d’année. À la fin du premier semestre, une courte période d’interruption des cours permet la tenue des examens. Les vacances d’été débutent en mai ou en juin à la fin des évaluations du second semestre. En général, elles durent au moins deux mois.

  • Les Universités :

Les universités accueillent 75 % des étudiants étrangers qui ont choisi la France pour leurs études supérieures. Ces établissements d’enseignement supérieur publics sont financés par l’État français. Réparties sur tout le territoire français, les universités délivrent des diplômes nationaux (Licence, Master, Doctorat) qui ont tous la même valeur académique. L’inscription en première année est ouverte à tous les titulaires du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent. Sciences, lettres, langues, arts, sciences humaines, santé ou encore sport, les formations à l’université couvrent l’ensemble des domaines d’enseignement et de recherche.

  • Les Grandes Ecoles :

20 % des étudiants étrangers suivent un cursus dans les grandes écoles. Écoles normales supérieures (ENS), instituts d’études politiques (IEP), écoles d’ingénieurs, écoles de commerce et de management, écoles vétérinaires et quelques autres écoles, ces grandes écoles sont des établissements d’enseignement supérieur publics ou privés reconnus par l’État. Elles délivrent des diplômes de niveau bac+5 dont certains confèrent le grade de Master. De nombreuses formations y sont délivrées en anglais.
L’admission dans les grandes écoles est très sélective. Elle se fait sur concours après deux ans de classe préparatoire, sur titre ou directement après le baccalauréat pour les écoles qui proposent un cycle préparatoire intégré. Le coût de l’inscription et des frais de dossier y est plus élevé qu’à l’université.

  • Les Ecoles et Instituts Spécialisés :

Près de 3 000 établissements d’enseignement supérieur publics ou privés proposent des cursus dans des secteurs spécifiques comme la santé, l’audiovisuel, la communication, le journalisme, la mode et le design, l’agronomie, les sciences politiques, etc. Ces établissements délivrent des diplômes et des certificats reconnus ou non par l’État. L’admission dans ces écoles et instituts spécialisés se fait sur concours ou sur dossier. La durée des études y est généralement de deux à cinq ans.

  • Les Ecoles Supérieures d’Art et d’Arts Appliqués :

En France, près de 50 écoles supérieures d’art et de design publiques dépendent directement du ministère de la Culture. Les formations en art, en design et en communication qui y sont délivrées sont organisées en deux cycles de trois ou cinq ans sanctionnés par des diplômes nationaux. Certaines proposent également un troisième cycle.

Quatre écoles d’arts publiques très réputées dépendent directement du ministère de l’Enseignement supérieur : les écoles Boulle, Olivier de Serres, Duperré et Estienne. Elles délivrent des diplômes nationaux dans les domaines de la conception en design graphique, le design d’espace, la mode ou les métiers d’art.

Quelques écoles privées ou dépendantes des chambres de commerce et d’industrie délivrent leurs propres diplômes. Certaines sont enregistrées au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Ces établissements d’enseignement supérieur d’art et d’arts appliqués recrutent de manière très sélective sur dossier, à l’issue de concours et / ou d’entretiens. Les candidatures peuvent être déposées en ligne sur le site Campus Art.

  • Les Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture (ENSA) :

Les écoles nationales supérieures d’architecture forment un réseau de 20 écoles publiques placé sous la double tutelle des ministères de la Culture et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Deux autres établissements, l’École spéciale d’architecture et l’Institut national des sciences appliquées de Strasbourg, font partie de ce même réseau et délivrent des diplômes équivalents.

Les écoles d’architecture proposent trois cycles de formations délivrant des diplômes nationaux reconnus par l’État : licence, master et doctorat. Les candidatures peuvent également être déposées en ligne sur le site de Campus Art.

L’organisation en trois cycles des études supérieures est commune à la plupart des pays de l’Union européenne. En France, c’est l’organisation Licence-Master-Doctorat, ou organisation LMD. Ce système a permis d’uniformiser les cycles et d’organiser la reconnaissance des diplômes entre les pays. Il facilite la mobilité étudiante en Europe comme dans le reste du monde. L’obtention des diplômes LMD est liée au nombre de semestres d’études accomplis depuis l’entrée dans l’enseignement supérieur. Chaque semestre permet de valider 30 crédits ECTS (European Credits Tranfer System) capitalisables et transférables d’un pays à l’autre. Une licence nécessite la validation de six semestres, soit l’obtention de 180 ECTS. Ajoutez quatre semestres pour valider un master avec 120 ECTS supplémentaires. Un doctorat s’obtient après seize semestres et la validation d’un total de 480 ECTS en huit ans d’études minimum depuis la première année de licence.
  • Les équivalences entre diplômes français et diplômes étrangers :
Chaque établissement définit ses propres critères d’admission, en fonction du parcours antérieur de l’étudiant et des exigences de la formation envisagée. Seul l’établissement d’accueil est habilité à accepter ou non un candidat. Des accords de reconnaissance mutuelle des diplômes peuvent néanmoins faciliter les demandes d’équivalences. Le centre ENIC-NARIC peut fournir une attestation qui certifie la valeur d’un diplôme obtenu dans un système éducatif étranger par rapport au système français. Cette attestation ne constitue pas une équivalence en soi, mais certains établissements supérieurs l’exigent. La démarche coûte 70 euros par dossier. Le réseau européen ENIC-NARIC vous permettra également de faire certifier la valeur des années d’études effectuées en France dans votre pays.

Au sein des universités françaises, les enseignants et chercheurs dispensent deux types de cours aux étudiants :
 

– Les cours magistraux : un professeur expose son cours aux étudiants dans un amphithéâtre de 100 à plus de 1 000 places Ces cours non obligatoires sont souvent édités par les enseignants et distribués aux étudiants sous forme de brochures, très utiles pour la préparation des épreuves de fin de semestre ;
 

– Les travaux dirigés (TD) et les travaux pratiques (TP) : ces cours obligatoires se tiennent en groupes plus restreints et complètent les cours magistraux par la mise en pratique et l’approfondissement des connaissances théoriques. Des stages en entreprise peuvent s’ajouter aux TP et aux TD.

Deux types de contrôle des connaissances coexistent dans l’enseignement supérieur français. Le contrôle continu permet de valider les acquis tout au long de l’année avec des évaluations régulières dans chaque matière enseignée. Les examens finaux ont lieu durant deux périodes dans l’année, à la fin de chaque semestre, et concernent l’ensemble des matières.

Source : Campus France